RSS
RSS


Dans l'ombre, un ennemi issu du passé prépare son retour imminent. Serez-vous de ceux qui le combattront ou bien de ceux qui l'aideront ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: ÉTATS-UNIS :: New-York :: Manhattan Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A meet on the catwalk - feat. Jean Grey

avatar
Messages : 95
Localisation : New York
Avengers
Mer 20 Sep - 23:23
Jean Grey et Janet Van Dyne
A meet on the catwalk


Bon. Une dure journée s’annonce. Loki a côté d’aujourd’hui. C’EST GENRE RIEN DU TOUT. Comment dire ? La Fashion Week compare à une invasion alien, c’est beaucoup moins fatiguant. La Fashion Week, tu cours partout, tu te fais engueuler pour X, Y et Z, pour une raison A, B ou C.  Je suis en plein stress, c’est la troisième Fashion Week pour ma société et c’est ultra stressant. Je suis occupée de courir telle une malade poursuivant la personnification de la guérison.  Je suis d’ailleurs, même en courant, occupée à maudire Tony. Car il s’était bien foutu de ma tête ce matin avant que je ne partes pour les défilés. Aller bonne merde hein Janet. Là si je l’avais en face de moi ce crétin, je lui ferais ravaler ses bottes fusées et son réacteur arc.  

NICOLE  J AI DIS LA ROBE BLEU SUR LA MANNEQUIN ASIATIQUE PAS SUR LA ROUSSE TU NE COMPRENDS PAS QUAND JE TE PARLE ? J’étais réellement stressée, et j’ai hurlé tellement fort, que tout le monde s’était retourné sur nous.  Je remarquais alors qu’il fallait faire redescendre la pression pour tout le monde. Excuse-moi… C’est  excessivement énervant cette situation. TOUT LE MONDE ON SE DETENT, il nous reste encore une heure pour tout préparer, ne stressons pas. J’avais fait parvenir à une personne de choix une invitation pour le défilé de la Van Dyne Industries… Jean Grey…J’espère que la poste a bien fait parvenir mon invitation…

Bon du calme,  Janet, tout va aller bien. Le défilé sera parfait, Tony va surement venir sans rien dire à personne et faire une publicité de monstre, et Jean sera là et on pourra parler un peu ensemble.   Je m’approchais alors de l’une des mannequins, l’inspectais tout en souriant, satisfaite. Ne t’en fait pas, je regardais juste. Tout va bien, coiffure, maquillage et la tenue, c’est parfait, tu peux aller manger quelque chose pour attendre un peu. Pense à boire aussi et reste assise avant le défilé. Fis-je en souriant doucement.  

Une heure plus tard, tout était prêt, les invités, la presse, les célébrités, tout le monde était là.  J’expirais un grand coup avant de prendre le micro et d’aller sur le podium. Bonjour à tous ! Bienvenue au défilé Van Dyne ! En espérant que la suite vous réserve des surprises agréables ! Je fis un signe à Jean pour la saluer, envoyant ensuite quelqu’un pour lui proposer de venir voir l’envers du décor d’un défilé.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 431
Localisation : Etat de New York
X-Men
Jeu 21 Sep - 2:12
Quelle n'avait pas été la surprise de Jean lorsqu'un jour elle avait reçu une invitation pour venir assister au défilé de mode Van Dyne pour la Fashion Week. C'était incontestablement le plus grand événement mode de l'année, la réunion de tous les plus grands créateurs internationaux, avec la présentation de leur nouvelle collection. De l'exclusivité à l'état brute. Pour le Docteur Grey, grande férue de mode, et femme toujours très attentive à son apparence et adepte des vêtements de qualité, c'était une occasion à ne pas manquer … d'autant plus lorsque l'on y était conviée en personne.

Le carton à la police dorée et d'un style calligraphié était à son nom, délicatement glissé dans une enveloppe de papier de qualité avec un filigrane représentant le logo de la société Van Dyne. Au dos du carton d'invitation, Janet avait rédigé à la main quelques mots pour la rousse, signifiant qu'elle s'était chargée elle-même de lui réserver une place pour le défilé de sa collection. Dans les minutes qui avaient suivi la réception de cette lettre, Jean avait contacté le service événementiel de la société Van Dyne, lui signifiant qu'elle serait présente le jour J.

Dans les jours qui suivirent, Jean se mit à la recherche d'une tenue appropriée pour se rendre à ce défilé. Il était hors de question de porter des vêtements de tous les jours, ni même quelque chose qu'elle avait déjà utilisé. Elle s'était donc rendue sur Manhattan pour faire des emplettes et se rendre ainsi plus présentable pour pénétrer dans l'un des temples modernes de la mode.

Finalement, elle avait opté pour une robe rouge lui arrivant au dessus des genoux, avec un discret décolleté arrondi, mais ouverte dans le dos. Pour l'accessoiriser, elle s'était arrêtée sur une paire d'escarpins noire et une pochette de la même couleur en daim, le tout complété avec quelques bijoux.

Puis, le grand jour arriva, et comme elle l'avait annoncé, Jean était présente. L'atmosphère autour du podium était en pleine effervescence. L'enjeu d'un tel événement était palpable tant l'ambiance était survoltée parmi le public qui s'installait. La rousse se vit accompagnée jusqu'à la place qui lui avait été réservée, par l'une des hôtesses du défilé. Autour d'elle, les conversations allaient bon train, chacun y allant de son pronostic et de ses hypothèses pour tenter de deviner vers quel style la nouvelle collection Van Dyne s'était engagée cette année. Certains prétendaient avoir entendu des rumeurs, alors que d'autres se basaient sur leurs souvenirs des années précédentes. Jean était véritablement dans un monde complètement à l'opposé de ce qu'elle connaissait à l'Institut, et cela ne manquait pas de la faire sourire.

Mais lorsque les lumières commencèrent à se tamiser pour ne laisser que les spots braqués sur le podium éclairer la pièce, alors les conversations se firent murmures et toute la salle tourna son regard vers le point par lequel arriveraient d'ici peu les mannequins arborant la collection tant attendue. Surgissant des coulisses, Janet Van Dyne s'élança d'un pas assuré sur le podium, un micro à la main, afin de lancer les festivités. Lorsque son regard tomba sur Jean, elle lui adressa un petit signe de main pour la saluer personnellement, ce à quoi la rousse répondit d'un signe de main identique tout en lui souriant.

Alors que quelques models étaient déjà passés, quelqu'un vint chercher Jean, venant de la part de Janet. Le docteur était invité à se joindre à la styliste PDG de la société, dans les coulisses. Ravie d'une telle opportunité, Jean saisit son sac et suivit l'hôtesse qui la conduisit auprès de Janet. Dans cette zone totalement dissimulée aux yeux du public, c'était l'effervescence absolue. Chacun savait exactement ce qu'il avait à faire et ne perdait pas une seconde. Les ultimes retouches étaient faites sur les mannequins avant de les envoyer défiler, parée de cette nouvelle collection. Il y avait tant de choses à voir, à apprécier, tant d’œuvres devant lesquelles s'émerveiller. Jean ne savait plus où donner de la tête.

Puis, finalement, elle retrouva Janet au milieu de toute cette agitation organisée tel du papier à musique.

« Janet ! De ce que j'ai vu pour le moment, c'est un véritable succès, lui dit-elle tout en lui faisant la bise. Je suis complètement fan de cette collection. Toutes mes félicitations ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Localisation : New York
Avengers
Lun 2 Oct - 18:29
Jean Grey et Janet Van Dyne
A meet on the catwalk


Je restais bien derrière, ne regardant même pas le défilé en fait. J’étais bien trop préoccupée par le fait que quelque chose pourrait bouleverser mon jour. Mon moment. Je voyais chaque mannequin entrer sur scène avec un visage neutre, et revenir souriante. Chaque sourire me permettant de respirer de soulagement. J’en avais presque oubliée que j’avais demandé à l’une de mes assistantes d’aller chercher Jean Grey dans le public… Lorsque je vis une des robes sur un mannequin, je sentis en moi naître une rage folle. Il y avait un faux pli dans le plissé de la robe de mariée, le clou du spectacle ! Si jamais elle était partie comme ça, j’en serais morte.  Tony aurait surement vu ce détail et critiqué mon manque de management. Je serais les poings, rêvant de lui enfourner mon poing dans sa petite figure.  

Je réglais ce petit détail, même si j’en faisais une montagne d’un simple faux pli.  Tapotant avec soin, cette magnifique soie blanche, que j’avais spécialement demandé d’enduire d’une très légère résine invisible apportant un reflet holographique lorsque le moindre mouvement se fait. Aller, ma chérie courage dans 15 minutes c’est à ton tour, si tu veux manger, demande à quelqu’un, évite juste de tâcher la robe, sinon même Loki tremblera de peur devant moi tellement je serais enragée.   Je me retournais et vis Jean arriver vers moi.  Première phrase échangée et déjà un compliment, elle sait comment me parler.  

Cela sera un vrai succès à la fin, quand on pourra souffler et faire signer les chèques des acheteurs ! Je ris doucement en lui faisant la bise. Ah bon ? Tu aimes ? Bah dans ce cas choisis une robe et tu pourras repartir avec à la fin de la journée. Il faut toujours être bien habillée, surtout quand on est dans les sphères que nous fréquentons n’est-ce pas ? Ah oui, aussi je me demandais… J’ai toujours voulu faire des uniformes scolaires… Si jamais tu pouvais passer un mot au Professeur Xavier, cela me ferait plaisir. Puis j’ai plein d’idées, il faudrait que je rencontre le concepteur de vos costumes à vous en fait ! Car franchement, je pense qu’il y a trop moyen de faire une collection « super-héros » permettant ainsi de faire des bénéfices avec des goodies et aussi de rapporter des sous à nos équipes… Car bon l’héroïsme c’est bien beau mais ça ne nous fait pas réellement vivre… Fis-je en souriant doucement, nous ayant finalement écartées de la masse d’assistantes qui bossaient autour des robes, nous permettant ainsi de regarder le défilé tout en parlant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 431
Localisation : Etat de New York
X-Men
Sam 7 Oct - 17:17
A n'en pas douter, Janet était particulièrement stressée en ce jour de défilé. Et pour s'en apercevoir, il n'y avait nul besoin d'être télépathe. Il suffisait simplement d'observer l'attitude nerveuse de la PDG, ainsi que la tension qui était quelque peu palpable autour d'elle. Malgré tout, elle s'efforçait de n'en laisser rien paraître, et conservait un comportement des plus adaptés avec ses employés, ainsi que les mannequins qui portaient sa collection, distribuant sourires et conseils à l'ensemble de son équipe. Elle était même plutôt maternante avec les jeunes femmes qui portaient ses tenues, s'assurant qu'elles n'avaient besoin de rien, afin de les mettre dans les meilleurs conditions possibles pour leur passage sur le podium.

Toutefois, un autre fait indéniable, c'était la maîtrise qu'elle avait dans sa manière de coacher tout ce petit monde. Aucune hésitation, aucun faux pas. Chaque demande était parfaitement explicite et ne laissait aucune place à la moindre interprétation. En cela, Jean reconnaissait bien le tempérament d'une femme d'affaire de la trempe de Janet, une personne à la tête d'une firme internationale. Le leadership était l'un de ses domaines, et en ce jour si particulier et pourtant si éloigné du monde des affaires, cela se montrait plus probant que jamais.

Lorsque finalement, la Guêpe aperçut Jean, elle sembla un bref instant se détendre et se permit même un léger rire après la remarque de la rousse. Recevoir un compliment dans un moment de tension et de doute était toujours bénéfique et ré-insufflait un peu d'énergie dans toute forme de dynamique de production. Cette fois-ci n'y faisait pas exception. Pour remercier la mutante de sa venue, Janet lui proposa même de pouvoir choisir l'une des robes présentées ce jour, afin de repartir avec. Jean, légèrement gênée par cette proposition, vira légèrement au rouge. Elle n'était pas venue pour cela, mais simplement pour soutenir une personne qu'elle tenait en haute estime (en plus du fait qu'elle aimait particulièrement ce genre d'événement).

« Oh … ne te sens pas obligée. Mais … si tu insistes, je jetterai un œil à l'ensemble de ta création, et je te donnerai mon verdict », finit-elle par lui dire avec un clin d’œil complice.

Un serveur apporta alors des coupes de champagne posées sur un plateau et proposa à la mutante de se servir. Saisissant l'une des boissons, elle le remercia d'un signe de tête et d'un sourire, avant de reporter son attention sur Janet. Cette dernière lui proposait un travail de collaboration avec l'Institut, en vue de créer des uniformes scolaires, et éventuellement afin d'apporter de nouveaux concepts dans les tenues des X-men.

« L'idée pourrait être intéressante, lui répondit-elle en riant. J'en toucherai deux mots au Professeur. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il ne se consacre pas qu'exclusivement aux sciences et aux mystères de la génétique. C'est également un très grand consommateur d'Arts. Et j'en suis certaine, il sera plus qu'intéressé par ta proposition. »

Jean but une première gorgée de sa coupe. A n'en pas douter, c'était un champagne de grande qualité. La finesse de ses bulles, la délicate couleur dorée et claire de sa robe, ce goût fruité dissimulé derrière le punch du vin blanc à la base de ce nectar, tout indiquait la marque des plus grands crus.

« Seigneur … ce champagne est un pur délice », ne put-elle retenir tant elle fut stupéfaite, tout en regardant sa coupe avec un mélange d'étonnement et satisfaction.

Puis, Jean reporta son attention sur Janet.

« Quant aux costumes des X-men, là, il faudra négocier avec McCoy … je ne te le cache pas … tout ce qui a trait à l'équipement des X-men, c'est un peu son bébé … tu devras donc faire preuve de … beaucoup de subtilité. »

A cette idée, la rousse ne put retenir un rire franc. Hank était une véritable crème. Mais lorsqu'il s'agissait de ses projets, et de mettre son nez dedans, il devenait une véritable mère poule, farouchement protecteur et possessif.

« J'ai cru apercevoir Monsieur Stark dans le public tout à l'heure, annonça ensuite Jean. J'ignorais qu'il s'intéressait à la Fashion Week. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Localisation : New York
Avengers
Jeu 19 Oct - 21:52
Jean Grey et Janet Van Dyne
A meet on the catwalk



L’idée de pouvoir habiller les étudiants de l’Institut, et de pourquoi collaborer avec McCoy pour les costumes des X-men, serait pour moi une chance de pouvoir au niveau de la technologie textile, faire un bras d’honneur à Tony. Il y a d’autres génies aussi doués que lui dans l’invention de nouvelles technologies et de nouveaux textiles, même si je pense pouvoir être un peu utile au Fauve des X-men de par mes multiples costumes et mes multiples recherches de tissus micro-adaptatif. Je suis certes une femme, je fais certes potiche, mais comme on dit l’air ne fait pas la chanson. Même si je ne me considère pas de l’acabit dont Tony.

Ne t’en fais pas, j’ai déjà bien pu converser avec le professeur lors de plusieurs vernissages d’expositions, même si je n’ai pas encore eu la chance de le rencontrer en vrai. Votre particularité à tous les deux est plutôt exceptionnelle, j’en serais presque jalouse. Bien que mes atouts m’aillent amplement, je ne saurais guère que faire d’autant de puissance brut. Même si j’en ai une vague idée, genre faire fermer le clapet à cette boite de conserve avec un cerveau et un égo surdimensionné. Je fis un vieux geste avec ma coupe de champagne signifiant que je lui casserais bien la figure une bonne fois.

Je souris finalement à sa remarque sur le champagne, si elle savait son prix. Elle ne dirait pas ça. Parce que bon, 1000$ la bouteille c’est quand même déjà pas mal et pour ce prix on s’attend à un champagne digne de ce nom. Enfin soit, pense à autre chose Janet, sinon tu vas encore passer pour une pingre en matière d’argent, et non je ne suis pas pingre, juste économe, je ne dépense que si c’est réellement nécessaire.

Pour Monsieur McCoy, je ne me fais pas de soucis, tu sais, je ne veux pas le remplacer, juste lui apporter un soutien supplémentaire, et personne ne refuse une aide, même minime. Pour Stark, il est là c’est juste parce que je lui ai demandé de passer, mais de ne pas faire de frasques, sauf que le connaissant, on va plus parler de son arrivée que de mon défilé… Mais bon. Je lui fouterais un dard électrifié dans la panse en guise de vengeance, il sera sonné quelques minutes, ça lui apprendra. Fis-je toute souriante et clairement sérieuse.

Je pris la main de Jean une fois que je vis la dernière mannequin partir de la scène et je tirais la rousse avec moi sur scène ! J’espère que le défilé vous a plu. Je tenais à vous présenter la muse sans qui tout ça n’existerait pas ! Jean Grey ! Une belle femme, qui en a plus dans le cerveau que d’autres peuvent avoir dans le pantalon, n’est-ce pas Tony ! Profitez du reste des activités que j’ai soigneusement choisies pour vous. N’hésitez pas à demander à voir les créations, et mes carnets de commandes sont ouverts ! Fis-je alors en applaudissant doucement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 431
Localisation : Etat de New York
X-Men
Sam 21 Oct - 14:18
A première vue, Janet avait déjà eu l'occasion de converser avec le Professeur par le passé. En plus des opportunités qu'une telle collaboration offrait, la styliste semblait également très admirative des facultés télépathiques du mutant et de son élève. A l'évocation de ce pouvoir, Jean sentit le rose lui monter aux joues. Elle éprouvait encore aujourd'hui, cette pudeur lorsque l'on parlait de sa mutation et de son potentiel. Mais lorsque Janet partagea avec elle ce qu'elle serait bien tenter de faire avec une telle aptitude, la rousse ne put retenir un discret sourire en coin. Ce n'était pas sa manière de faire … et même si parfois la tentation était grande, elle espérait ne jamais faillir, et conserver cette éthique qui lui était si chère. Toutefois, elle ne pouvait pas nier que le projet de Janet était amusant.

Lorsque la styliste parla de McCoy, le sourire de la mutante s'agrandit. Ce très cher Hank était un véritable amour, elle ne pouvait pas dire le contraire. Mais recevoir de l'aide ? Laisser quelqu'un apporter sa pièce à l'édifice personnel du Fauve ? C'était toujours … très … vraiment très … délicat. Hank pouvait parfois faire montre de tellement de fierté envers ses créations qu'il en devenait aussi possessif qu'une mère poule. Mais, Jean préféra ne rien rajouter de plus … Janet verrait en temps voulu. Et puis, avec un aussi joli minois que celui de la Guêpe, Jean pouvait aller au devant de bien des surprises.

Une nouvelle fois, Janet parla de Stark. Une nouvelle fois, ce fut avec une certaine animosité. Ce détail n'avait pas échappé à Jean. Il était évident qu'il régnait entre les deux quelques tensions. Pourquoi ? La rousse l'ignorait. Il était certain que la venue du golden boy ferait parler … faisant de l'ombre au défilé ainsi qu'aux créations de Van Dyne. Mais c'était aussi un moyen d'attirer les médias sur cet événement … La notoriété éclipsante de Tony en était le prix à payer.

Soudain, Janet attrapa le poignet de la mutante, alors que le dernier mannequin revenait en coulisse après son passage. Puis, sans lui laisser le choix, elle l’entraîna à sa suite alors qu'elle s'engageait pour rejoindre le catwalk.

« Qu'est-ce que ... »

Jean eut tout juste le temps de déposer sa coupe sur un plateau qui passait par là, avant de se retrouver sous les feux de la rampe, aux côtés de la créatrice, sans comprendre ce qui lui arrivait. Désorientée par les projecteurs, ainsi que par le brouhaha des applaudissements et des cris de liesse du public, la rousse mit quelques instants avant de réaliser la teneur des propos que Janet venait d'avoir. Quoi ?! Elle la présentait comme … comme étant la source d'inspiration de cette collection ?! Comment ça ?! Un instant, Grey sentit ses jambes flageoler sous la panique, ainsi que son cœur s'emballer dans sa poitrine. Ce coup là, elle ne l'avait pas vu venir. Et voilà qu'à présent, elle servait même d'instrument dans cette petite guerre que semblaient se livrer les Avengers entre eux.

Tentant de garder bonne figure devant toute cette assemblée, Jean se força à afficher un sourire qui n'avait rien de naturel. A n'en pas douter, elle devait également avoir piqué un phare … elle le sentait à la brusque chaleur qu'elle ressentait sur son visage. Nerveusement, elle salua le public d'un mouvement de main timide, avant d’applaudir à son tour la créatrice. L'ovation que reçut Janet sembla durer une éternité, les applaudissements ne semblant plus en finir. C'était tout du moins l'impression qu'avait la rousse, toujours coincée sur le podium et en pleine lumière.

Finalement, les deux femmes quittèrent la scène, retournant dans les coulisses. Jean saisit une nouvelle coupe de champagne qu'elle vida entièrement d'une traite, avant de se tourner vers Janet.

« Ok … c'était très flatteur que me présenter comme étant la source d'inspiration de ta collection … mais c'était également très étrange. »

A dire vrai, Jean n'en voulait même pas à la Guêpe. Après tout, il n'y avait aucune mauvaise intention derrière le geste de Janet, ni de volonté de nuire. Et être une muse avait toujours quelque chose de gratifiant, c'était indéniable.

« Est-ce que je dois m'attendre à d'autres surprises de ce genre ? », lui demanda-t-elle avec un regard complice.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Localisation : New York
Avengers
Lun 13 Nov - 21:07
Jean Grey et Janet Van Dyne
A meet on the catwalk



J’étais encore sur le catwalk. A vrai dire, cette sensation stressante que j’ai lors de mes défilés est presque aussi excitante que de combattre sous le masque de « The Wasp », et je me sens grisée à l’idée de faire un défilé un jour sur le thème de la guerre et du combat. Mais je suppose que cela soit assez malvenue en fait… Mais rien que l’idée me permet déjà d’imaginer des tenues plus folles les unes que les autres… Puis je me dis que je pourrais juste prendre mes vieux costumes de super et en faire un défilé… Je me retournais finalement vers Jean, pour voir un peu le genre de tête qu’elle était occupée de tirer, et sa tête était digne d’une vidéo piégée.

Je pris ensuite le chemin des coulisses entraînant encore une fois Jean avec moi. Désolé de t’avoir prise par surprise, mais c’était l’occasion rêvée de te faire apparaître dans des tabloïdes liées à la mode et au monde si fermer de l’art et de la création. C’est un agissement tactique. Evidemment, tu es la source même de cette collection mais je tenais à poser des petites clôtures protectrices un peu sur la mutanité. Car en fait, j’aurais aimé que ma société devienne la première à parrainer ou un truc dans le genre l’Institut Xavier. Donc rien de mieux, que de mettre la femme la plus médiatisée de ce côté-là de l’humanité dans les lumières de mon monde. Je ne sais pas si je m’exprime clairement, cela semble confus pour moi de dire cela ainsi… Fis-je prenant une expression un peu plus sérieuse.

En fait, c’était un geste de médiatisation, pour assurer un peu plus le terrain de paix. Montrer que vous pouvez inspirer autre chose que de la peur, et je pense que cela pourrait marcher comme je l’espérais. Par contre, je suis vraiment désolée si j’ai pu t’indisposer… Le but n’était clairement pas ça. Et ne t’inquiète pas, niveau surprise, tu en auras encore mais pas de ce niveau-là. Par contre, maintenant attends toi à te faire interviewer et donc devenir en quelques sortes une nouvelle égérie de mode. Profite un peu d’une nouvelle notoriété, cela ne pourra qu’être bénéfique à la cause que tu défends. Oh mon dieu, mais quand je réfléchis, je ne vaux pas mieux que Tony avec ses plans foireux ! Je roulais des yeux, m’imaginant dans la peau de Stark, puis je fus traversé par un vieux frisson bizarre. Si tu penses que cela est possible, je pourrais te raccompagner après la soirée. Sauf si cela te dérange, bien sûr, je comprendrais que la soirée puisse t’être crevante. Fis-je à nouveau claquant des doigts pour qu’on nous apporte à nouveau du champagne.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 431
Localisation : Etat de New York
X-Men
Sam 2 Déc - 18:21
Ainsi donc, Janet venait de prendre partie dans la société en agissant ainsi. En déclarant Jean comme source première d'inspiration de cette nouvelle collection, la créatrice et PDG de Van Dyne annonçait devant tous les médias réunis sa position et son soutien quant au phénomène Mutant. La cause et la manière de faire plaisait à Jean, si bien qu'elle ne lui en voulait pas le moins du monde de l'avoir ainsi instrumentalisée sans la prévenir. Le monde avait besoin de voir les mutants à travers un autre objectif que celui de leurs détracteurs. Ici, Janet avait tenu à montrer à tous que la peur ne devait pas être ce que le mutant devait inspirer, mais qu'au contraire, le mutant pouvait faire naître chez tout un chacun l'espoir et l'envie d'aller de l'avant.

Mais la Guêpe ne semblait pas vouloir s'arrêter là, proposant à la rousse un éventuel parrainage entre sa société et l'Institut. L'occasion était trop bonne pour être manquée, si bien que Jean se dit qu'il faudrait qu'elles en reparlent au calme, et également avec le concours de Charles.

« Si si, tu es parfaitement claire, et ton geste est particulièrement honorable. Il est en effet temps que le monde nous voit autrement que comme des monstres, et je pense que c'est ce genre de prise de position qui pourra un jour faire changer les choses. »

Toutefois, la perspective d'être soudain mise de la sorte sous les feux de la rampe mettait quelque peu Jean mal à l'aise. L'idée d'être interviewée sur la mode et ce nouveau statut d'égérie, ce n'était vraiment pas son domaine de prédilection. Habituellement, elle était d'avantage connue comme étant la porte parole des X-men et de la communauté mutante, dans un registre bien différent de celui de la haute couture. La politique, la diplomatie et les relations publiques et internationales étaient son domaine habituel. Quelque chose de très éloigné de ce dont était en train de lui parler Janet.

« Oh … je ne suis pas certaine d'être le genre de personne idéale pour … ce style d'interview … mais je tenterai de faire de mon mieux. »

La rousse rit légèrement lorsque Van Dyne se compara à Stark dans sa manière de se servir des gens à leur insu. Il y avait une petite part de vérité dans ce que venait de dire la créatrice. C'était typiquement le genre d'entourloupe dont s'amusait le milliardaire.

Janet proposa alors à son invitée de la raccompagnée à la fin de la soirée. Avant de donner sa réponse, la mutante saisit la nouvelle coupe de champagne qu'on lui tendait, pour ensuite en boire une gorgée.

« Pourquoi pas, si ça ne te dérange pas. Mais ne te sens pas obligée. En attendant, je vais profiter au mieux du reste de la soirée … et accomplir mon devoir auprès des journalistes, maintenant que je suis devenue une sorte de célébrité de la soirée », lui annonça-t-elle amusée.

Jean alla alors voir les autres invités, discutant de-ci de-là, de groupe en groupe, étant appelée pour se joindre aux conversations, les questions portant principalement sur cette promotion inattendue. Chaque fois, la mutante fit part de sa propre surprise face à cette annonce. Lorsque des journalistes lui demandaient une entrevue, elle acceptait, répondant du mieux qu'elle le pouvait à leurs questions. Sans grande surprise, la mode n'était que rarement leur intérêt principal, la condition de mutante de la jeune femme éclipsant totalement la raison première pour laquelle elle était ici. Pourtant, inlassablement, Jean tentait par tous les moyens de recentrer les conversations sur le défilé et les tenues qui avaient été présentées un peu plus tôt dans la soirée. Il était hors de question qu'elle fasse de l'ombre à la collection de Janet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Localisation : New York
Avengers
Ven 5 Jan - 22:10
Jean Grey et Janet Van Dyne
A meet on the catwalk


J’étais tellement soulagée que mes intentions soient clairement comprises comme elles le devaient par la charmante mutante rousse. Rien ne m’aurait plus indisposée que de lui avoir été d’une compagnie peu agréable. Je ne tiens pas tellement à finir aigrie comme d’autres peuvent l’être. Je ne citerais pas de nom, car je pense que le nom en question se devine sans soucis. Je souris doucement encore soulagée par le discours de la jeune femme à mes côtés avant de reporter une oreille sur les coulisses, où je sentais une catastrophe arrivée d’ici peu. Genre une tâche de sucre ou de gras ou encore du vin sur mes belles robes.

Vu que tu proposes gentiment que nous nous séparions quelques instants, je vais donc en profiter pour me glisser en coulisser et tuer quelques assistantes. Je sens l’odeur de la bêtise irréparable arrivée. A plus tard ! A peine avais-je fini ma phrase que je disparaissais. J’arrivais à peine derrière le rideau que j’attrapais une assistante par l’oreille pour la tirer vers la robe « maîtresse ». Gueulant pour savoir pourquoi cette robe n’était pas encore rangée dans une housse et mise dans la pièce vitrine. J’allais tuer tout le monde, tellement ils étaient tous aussi incompétents les uns que les autres. Je finis par demander à toutes les assistantes de retirer les robes aux mannequins pour les mettre sous housse et les mettre ensuite dans la pièce sans lumière, sans humidité et sans chaleur. Pendant que moi je me chargeais de la robe maîtresse de la collection, une magnifique robe de mariée en satin rouge, avec des ajouts de velours, de tulle et de voilure rouge ainsi que de broderie rouge faite main. Pour au final après un bon gros vingt minutes, revenir dans la salle principale et voir Jean entourée par plusieurs journaleux.

J’arrivais à ces côtés et haussais un sourcil en ayant entendu une des questions. Il me semblait pourtant avoir été clair. Si une seule question n’est pas en lien avec la collection où ce qui pourrait être en lien avec la collection, ça vous conduit droit à vous faire exclure de la soirée et en plus, exclure de tout évènement où je suis invitée. Maintenant si vous le voulez bien. Je pense que Mademoiselle Grey a d’autres choses à faire de devoir débattre avec des hommes préhistoriques sur la souveraineté raciale. Nous sommes égaux. Nous n’avons rien demandé. Nous sommes ainsi faites. Cela vous suffit-il ou dois-je en venir aux mains ? Sinon je peux laisser les gardes de sécurité vous apprendre la politesse et le respect des dames ? Fis-je un peu colérique, haussant la voix.

Madame Van Dyne, Mademoiselle Grey, comment avez-vous ressentis le défilé de la soirée ? [/color] Fit un des journalistes. Je me tournais vers Jean, lui adressant un sourire pour lui laisser le loisir de répondre.


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Still Believe in Heroes :: ÉTATS-UNIS :: New-York :: Manhattan-
Sauter vers: